Giving the world to Venus

entry picture

This is a poem written by Hilary Walker (pictured). It is here in English and a French translation,  the result of work between Hilary and French poets at Write Out Loud's Bordeaux poetry event in 2006.

You are welcome to comment on HIlary's poem and/or to offer suggestions for its translation.

Ecrit par Hilary Walker et traduit par elle et des poètes Francais en 2006. Vous êtes invités d'offrir des commentaires du poème ou le traduction. Pour vous inscrire (gratuit): http://www.writeoutloud.net (au fond de cette page-là).

--

Row upon row, cot upon cot

and the smell,

not Johnson’s baby shampoo

or sweet talcum-powdered bottoms

 

I watch the tired, hard-lifed women

as they casually throw babies around,

for a living

They hold a child,

a child who may become my child,

feet first under a freezing cold water tap

and grin with amusement to see my horror at that

 

It’s hard not to judge.

 

But who am I to come into this eastern wasteland

flaunting my western ways,

shamelessly handing out Boots No.7 eye shadows

and cheap cigarettes to desperate, wary officials

who readily crave

my trivia as their trophies?

My dollars buy a place at the front of the queue

in Ploesti Orphanage No. 1

 

Babies for sale,

dark-skin cheaper than pale,

babies damaged, derailed,

babies forever with missing years locked inside their heads as they rock and rock.

 

Children are paraded,

tiny hands reach out to grab at my heart,

two years old but babies,

undersized, unsteady, undernourished and some,

like sweet Ramona, already

looking at life through empty eyes.

 

A voice says

‘We don’t wish to offend you Madam, but would

you be willing to consider a gypsy child ?’

 

It’s hard not to judge

 

My gypsy baby is number twelve

She is the smallest and the darkest

but her eyes shine and tell me she is still holding on tight to her spirit, no sign yet, of surrender

 

The woman sings her name ‘Re-beca, Re-beca Maria’

 

I hold this tiny life and ask myself what right I have to

take her from her country, her culture and her creed,

but then I look around at her country, her culture

and her creed and know for certain that she will die here,

even if she lives.

 

So I’m sold, and I’m told I must find her mother,

find Venus.

 

Venus with her rich olive skin is beautiful

but Venus isn’t the Goddess of love,

Venus is young and has no shoes and April snow is falling lightly above the filthy oilfields of Prahova County

 

We smile, and I try to remember everything.

 

I’m told she has dreams for the baby she’s never seen

to be an English Princess,

but I’m kind and don’t tell her that princesses,

English, Romanian or otherwise

are thin on the ground in Manchester.

 

It’s hard not to judge.

 

I want to buy Venus some shoes

But the interpreter scorns and warns

‘She’s just a gypsy and she’ll want more,

show her you are strong’.

 

But I don’t want to be strong,

I want to give her the world

for she has given the world to me.

 

Rebellion kicks in and Venus and I link arms

and go shopping in downtown Bucharest.

 

In department stores devoid of light bulbs

we rummage together cheerfully,

new comrades,

searching deep in the darkness.

 

We emerge triumphant

with an odd pair of ill-fitting boots

and as I cry, not really knowing why,

I gaze at Venus, Goddess of Love, who now stands magnificently with the world at her feet.

 

Hilary Walker, 2006

 

-----

Donner le monde à Vénus (version 2)


Ramez sur ligne, lit de camp sur lit de camp

et l'odeur

pas le shampooing du bébé de Johnson

ou derrières talc-saupoudrés sucrés


Je regarde l'épuisé

fatigué, dur-lifed femmes

comme ils jettent par hasard dorlote autour

pour vivre

ils tiennent un enfant

un enfant qui peut devenir mon enfant

pieds en premier sous un robinet de l'eau froid réfrigérant

et grimace avec amusement pour voir mon horreur à cela


C'est dur de ne pas juger


Mais qui est moi d’entré qui dans ce terrain vague de l'est

étaler mes chemins de l'ouest

distribuer effrontément des Boots No.7 regarde des ombres

et cigarettes bon marché aux fonctionnaires désespérés, prudents

qui sollicitent aisément

mes vétilles comme leurs trophées

mes dollars achètent une place au devant de la file

dans Orphelinat Ploesti No. 1


Bébés à vendre

sombre-peau meilleur marché que pâle

les bébés ont endommagé, a fait dérailler

bébés à jamais avec années manquantes fermées à clé à l'intérieur de leurs têtes comme ils balancent et balancent


Les enfants sont défilés

portée des mains minuscule dehors se saisir à mon coeur

deux ans mais bébés

trop petit, instable, mal-nourri et quelques-uns

comme Ramona sucré, déjà

regarder la vie à travers yeux vides


Une voix dit

'Nous ne souhaitons pas vous offenser Madame, mais voulons

est-ce que vous êtes disposé à considérer un enfant bohémien?'


C'est dur de ne pas juger


Mon bébé bohémien est nombre douze

Elle est le plus petit et la plus sombre

mais ses yeux brillent et me disent elle tient encore son esprit serré, aucun signe encore, de reddition


La femme chante son nom 'Ré-beca, Ré-beca Maria'

Je tiens cette vie minuscule et me demande, j'ai quel droit à

prenez-la de son pays, sa culture et son credo

en revanche je regarde autour son pays, sa culture

et son credo et sait pour certain qu'elle mourra ici

même si elle vit


Donc je suis vendu et je suis dit je dois trouver sa mère

trouvez une Vénus


Vénus avec sa peau vert olive riche est belle

mais Vénus n'est pas la Déesse d'amour

Vénus est jeune et a aucunes chaussures et avril que la neige diminue légèrement au-dessus des champs de l'huile sales de Comté Prahova


Nous sourions et j'essaie de se souvenir de tout


Je suis dit elle a des rêves pour le bébé qu'elle n'est jamais vue

pour être une Princesse anglaise

mais je suis gentil et ne dis pas que les Princesses

Anglais, roumain ou autrement est mince sur la terre à Manchester


C'est dur de ne pas juger


Je veux acheter des chaussures à Vénus

Sauf l'interpréteur méprise et prévient

'Elle est juste un bohémien et elle voudra plus

montrez-la vous êtes fort'


Mais je ne veux pas être fort

Je veux lui donner le monde

car elle m'a donné le monde


La rébellion entre en action et Vénus et moi lions des bras

et va faire les courses dans le centre-ville Bucarest


Dans les grands magasins dépourvu d'ampoules

nous fouillons ensemble gaiement

nouveaux camarades

chercher profondément dans l'obscurité


Nous émergeons triomphant

avec une paire bizarre de malade-aller des bottes

et comme je pleure, en sachant vraiment pas pourquoi

Je regarde fixement Vénus, Déesse d'Amour qui se trouve maintenant magnifiquement avec le monde à ses pieds

 

 

Photos of the events in Bordeaux can be seen here:

http://www.writeoutloud.net/public/galleries.php?month=10&year=2007&tag=Bordeaux+Poetry+Festival+Sept+2006+Day+2\\

http://www.writeoutloud.net/public/galleries.php?month=10&year=2007&tag=Bordeaux+Poetry+Festival+Sept+2006+Day+1

 

 

 

                

◄ I wish I can live life by Abu Al Qassim Al Shabbi translated by Fatima Al Matar

testing ►

Comments

No comments posted yet.

If you wish to post a comment you must login.

This site uses cookies. By continuing to browse, you are agreeing to our use of cookies.

Find out more Hide this message